Effets néfastes des produits chimiques de dégivrage sur les matériaux en béton

L’impact néfaste de divers produits chimiques de dégivrage et des conditions d’exposition sur les matériaux en béton a été étudié. Cinq produits chimiques de dégivrage (chlorure de sodium, chlorure de calcium avec et sans inhibiteur de corrosion, acétate de potassium et produit agricole) ont été étudiés. Les conditions d’exposition au gel–dégel (F–T) et au mouillage–séchage (W–D) ont été prises en compte. La perte de masse, l’entartrage, la résistance à la compression, la pénétration chimique et la micro-structure de la pâte et du béton soumis à ces produits chimiques de dégivrage et aux conditions d’exposition ont été évalués. Les résultats ont indiqué que les différents produits chimiques de dégivrage pénétraient à des vitesses différentes dans une pâte et un béton donnés, ce qui entraînait différents degrés de dommages. Parmi les produits chimiques de dégivrage testés, deux solutions de chlorure de calcium ont causé le plus de dommages. L’ajout d’un inhibiteur de corrosion dans la solution de chlorure de calcium a retardé l’apparition des dommages, mais cela n’a pas réduit les dommages ultimes. Les produits chimiques de dégivrage liés au chlorure entraînaient souvent la lixiviation de l’hydroxyde de calcium, ainsi que des altérations chimiques dans le béton. L’acétate de potassium a provoqué une entartrage mineure, associée à une carbonatation alcaline de la couche superficielle du béton. Bien que produisant un nombre considérable de micro-pores à la surface des échantillons, le produit de dégivrage agricole a entraîné le moins de pénétration chimique et de dommages par entartrage de la pâte et du béton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.